Conte de printemps « Une agréable cueillette »

Conte-Printemps-AgreableCueillette

Il était une fois un lapin prénommé Marin, qui était un peu peureux. Il avait quitté le terrier familial à contre-cœur, ne sortait jamais seul dans la forêt et sursautait à chaque fois que quelqu’un lui adressait la parole.
Un doux matin de printemps, Marin vit par la fenêtre de son salon quelques animaux partir gaiement vers le sous-bois. C’était la première cueillette des fraises des bois de l’année. Tous les ans, il avait très envie d’aller faire cette cueillette. Mais aller hors du village, dans le sous-bois qui plus est, le tétanisait. Il avait peur de se faire mal, de se perdre, ou pire encore, de faire une mauvaise rencontre ! Alors, il observa le cœur triste les autres rire et s’amuser au loin. Encore une fois, la peur avait eu raison de lui et l’avait empêché d’aller s’amuser.
Mais, aujourd’hui, il faisait si beau, le vent était si doux et il avait tant envie de goûter à ces premières fraises des bois. Dans un élan, il ouvrit la porte. Mais il resta planté sur le palier, sans oser le franchir. Il allait se raviser et rentrer, quand Anna la blairelle passa devant lui.
« Avec Lou la souris et Eliott le renard on va aller cueillir les premières fraises des bois, tu veux venir avec nous ? demanda Anna avec un grand sourire. »
Marin avait terriblement envie de lui dire oui, mais sa peur était si forte, il ne pouvait pas lutter contre elle. Il hocha alors la tête négativement. Mais Anna sentit que quelque chose l’empêchait de leur dire oui. Elle reconnaissait ce sentiment pour l’avoir déjà ressenti plusieurs fois : il s’agissait de la peur. Elle n’avait qu’à le rassurer pour le convaincre.
« Si tu veux, j’ai dans mon sac un pantalon long pour éviter les tiques et les griffures par les ronces, un chapeau pour éviter les insolations et des gants pour éviter de se piquer pendant la cueillette. Aucun risque que tu te fasses mal avec ça ! Et on restera toujours à côté de toi, donc aucun risque pour que tu te perdes ou que tu fasses une mauvaise rencontre ! »
Marin sentit alors une vague de soulagement l’envahir. Il avait été si bien rassuré par ces paroles, qu’il ne voyait maintenant plus aucune raison de ne pas aller s’amuser à cueillir les fraises. Il hocha la tête vigoureusement et rentra en vitesse enfiler le pantalon, le chapeau et les gants d’Anna pour se préparer à cette agréable cueillette.
Ils se dirigèrent vers le sous-bois et Marin eut un petit frisson d’angoisse à l’approche des zones sombres de la forêt. Mais Lou, Eliott et Anna se rapprochèrent de lui pour le rassurer. Ils décidèrent ensuite de commencer la cueillette, il y avait des milliers de petits fraisiers sauvages pleins de fraises juteuses ! Ils s’agenouillèrent et cueillirent délicatement les fraises une par une. Marin se retournait régulièrement pour vérifier qu’ils étaient bien tous toujours là et chacun lui souriait pour le rassurer.
Une fois leurs paniers bien remplis, ils allèrent chez Lou et s’affairèrent dans la bonne humeur à cuisiner pour le pique-nique. Avec toutes ces fraises, ils pouvaient faire une tarte, un crumble et de la confiture au moins ! Lorsqu’ils eurent fini, Lou déposa le tout dans un panier et ils partirent vers la clairière. Ils déplièrent la nappe sur l’herbe verte, disposèrent les différents mets et commencèrent à tout déguster sous un soleil radieux et une brise délicate. L’air détendu et un grain de malice dans les yeux, il se surprit même à leur demander à la fin du repas :
« Qui est disponible pour une cueillette de champignons à l’automne ? »
Tous rirent de bon cœur et félicitèrent Marin d’avoir réussi à braver sa peur !